Blog - Archives 13 septembre 2005

Vous êtes ici

1 articles

Celles/ceux d'entre vous qui connaissent The Wall de Pink Floyd se souviennent peut-être que cette oeuvre monumentale s'ouvre sur un fond sonore quasi imperceptible, une sorte de petite musique folklorique anodine et paisible (avec de l'accordéon et tout ça), brutalement interrompue par l'explosion de la guitare de David Gilmour et l'introduction, In The Flesh. Symétriquement, The Wall se conclut, après la destruction du mur symbolique de Roger Waters, par le même petit air champêtre, toujours à la limite de l'audible, dans le morceau final Outside The Wall. Les auditeurs encore plus attentifs (les vrais fans, quoi) auront sans doute noté un détail encore plus minuscule, qui vient renforcer cette construction symétrique (le début rejoint la fin).

Catégorie: