Tous les textes du site sont © CEL2 2001. Toute reproduction, même partielle, est formellement interdite sans le consentement de CEL2.

Comprendre le luc2

Le luc2 n'étant pour l'heure connu qu'au travers de ses écrits, autrement dit des mots qu'il utilise, on s'imagine aisément que la bonne compréhension de son langage constitue une facette primordiale de la lucologie seconde. Un examen à peine plus attentif nous montre que le luc2 fait justement un usage très particulier du langage en général, au point de compliquer singulièrement toute tentative de communication avec lui.

Cette section se divisera en deux parties principales qui évolueront au fur et à mesure que le luc2 imprègnera plus le monde dans lequel nous vivons. La première partie présente les principales expressions idiomatiques couramment utilisées par le luc2 et tente d'en donner la signification générale --une sorte de dictionnaire luc2-français. La seconde partie explique la terminologie propre au CEL2 --un lexique des termes scientifiques de la lucologie seconde, en somme.

Signalons enfin que d'autres chercheurs ont également commencé à s'intéresser au "phénomène luc2" :

 

DICTIONNAIRE ENCYCLOPÉDIQUE luc2-FRANCAIS

en construction permanente - articles classés aléatoirement


-- NOTE IMPORTANTE --
L'une des premières difficultés rencontrées lors d'une discussion avec le luc2 concerne la définition du mot "argumenter". Le chercheur sera en effet souvent amené à se demander se trouvent les arguments que le luc2 clame avoir formulés à maintes reprises et de façon si explicite.
Pour faire simple, nous dirons que pour le luc2, il semble ne pas y avoir de différence importante entre le verbe "argumenter" et le verbe "affirmer". Du point de vue du luc2, toute affirmation est une argumentation --une argumentation irréfutable, qui plus est.
Ceci n'est évidemment valable que pour les affirmations du luc2. Ses interlocuteurs, eux, n'argumentent jamais (puisqu'ils ne savent pas raisonner).
 
Le lecteur est donc invité à garder ces subtiles notions de rhétorique lucéenne en tête lorsqu'il parcourra ce dictionnaire.
 

 
Anthropomorphiser

Du français anthropomorphisme. Pour le luc2, ce néologisme semble prendre le sens de "donner une interprétation discutable; aller chercher une explication symbolique trop loin". Par extension, on peut dire que se faire accuser d'anthropomorphisme par le luc2 revient à s'entendre dire qu'on réfléchit trop. Cela signifie également que le luc2 n'arrive plus à suivre la discussion.

Le luc2 utilise ce terme comme un argument définitif à chaque fois qu'il veut dire qu'il n'est pas d'accord avec son interlocuteur, mais qu'il n'est pas capable d'argumenter.

Il s'agit en fait d'une diversion, qui lui permettra ensuite d'attaquer ses interlocuteur s'ils lui affirment que le mot "anthropomorphiser" n'existe pas. Le luc2 peut ensuite se complaire dans une ré-explication de l'anthropomorphisation, l'illustrer d'un exemple abstrait, et oublier ainsi le sujet initial de la discussion, tout en gardant nettement en tête le fait que, puisque personne ne le contredit plus sur ce sujet, cela prouve qu'il avait raison.

SYN. : bon bout de la raison

 
Bon bout de la raison (le)

Parfois abrégé BBR.

Il s'agit très probablement de l'équivalent, pour le luc2, du "bon sens populaire", ou encore de la loi dite du "rasoir d'Occam", selon laquelle l'explication la plus simple est toujours la meilleure.

En d'autres termes, le luc2 invoque le bon bout de la raison lorsqu'il doit défendre un argument simple face à un argument plus élaboré.

Cette expression est proche du verbe anthropomorphiser; seul diffère le contexte dans lequel elle est utilisée : en effet, l'accusation d'anthropomorphisme (au sens lucéen du terme) doit être réservée en priorité aux questions d'interprétation d'oeuvres narratives, tandis que le bon bout de la raison peut intervenir dans n'importe quel type de discussion sur des problèmes plus concrets.

Notons aussi qu'en vertu du pouvoir magique que le luc2 prête aux mots, la seule évocation du bon bout de la raison permet de couper court à toute argumentation, quelle qu'en soit la solidité. (Pour plus de détails sur la logique verbalo-animiste du luc2, veuillez vous reporter à la section traitant de la logique du luc2.)

SYN. : anthropomorphiser
CONTR. : trop directement logique

 
Trop directement logique

Parfois abrégé TDL.

Cette notion se révèle être l'exact opposé du bon bout de la raison déjà cité, puisqu'elle pourrait se traduire en français par une expression du type "méfiez-vous des explications trop simples !".

En d'autres termes, le luc2 invoque le trop directement logique lorsqu'il doit défendre un argument élaboré face à un argument plus simple.

Ici encore le pouvoir magique des mots confère à cette simple expression la force d'une autorité ultime en matière d'argumentation. (Exemple : certaines personnes feront remarquer que "trop directement logique" n'est pas un argument. Cela prouve que ces personnes sont trop directement logiques.)

Il est cependant important de noter que l'argument du TDL se révèle l'exact opposé de l'argument du BBR. Dans ces conditions, on peut légitimement se demander lequel des deux l'emporterait sur l'autre en cas d'affrontement direct dans une discussion (cf. fig. 1.1). Le luc2 ne s'est malheureusement encore jamais prononcé sur ce sujet.

CONTR. : bon bout de la raison

fig. 1.1

L'issue d'une confrontation directe entre un BBR (à gauche) et un TDL (à droite) demeure source de spéculations (au milieu), leurs puissances respectives restant inconnues à ce jour (en bas à gauche).

.
 
Jeu de mots

Désigne de façon très générale (et nettement péjorative) toute remarque visant à éclaircir l'emploi des mots clés apparaissant dans la discussion. Le luc2 s'en sert pour balayer sans plus argumenter toute tentative visant à lui montrer qu'il s'est nettement trompé dans la formulation de ses arguments (on ne va pas non plus chipotter sur la définition d'argument, pour l'instant nous admettrons que le luc2 formule des arguments et puis c'est tout). C'est également une façon pour lui de minimiser (voire de masquer complètement) ses propres lacunes en matière de vocabulaire.

En d'autres termes, le luc2 invoque le jeu de mots à chaque fois qu'il ne veut pas admettre qu'il s'est trompé sur le sens d'un mot.

On peut voir cet argument comme le pôle opposé du fameux hors-sujet lucéen, puisque le luc2 joue la carte du jeu de mots lorsqu'il souhaite mettre un terme à une branche de la conversation. La plupart des linguistes s'accordent cependant pour affirmer que le contraire (à proprement parler) du jeu de mots serait le défaut d'observation, dans la mesure où le premier invite à ne pas trop s'attacher aux détails, à l'inverse du second.

Il est à noter que c'est dans ces occasions que l'inconstance sémantique foncière (qui mériterait bien d'être étudiée avec plus de rigueur) du luc2 se montre sous son plus beau jour.

SYN. : poésie
CONTR. : défaut d'observation

 
Défaut d'observation

Parfois abrégé défobs.

C'est par cette exclamation (statistiquement, défaut d'observation est suivi d'un ou plusieurs points d'exclamation) que le luc2 annonce qu'il est sur le point de souligner un détail de très très petite envergure tiré de l'un de ses précédents messages. Le but est bien évidemment de reprocher à l'interlocuteur de ne pas avoir saisi le détail en question, en le faisant passer pour quelque chose de fabuleusement évident. Tout l'art de l'argumentation lucéenne consiste à faire de ce détail le pivot permettant de renverser totalement la signification du message en question.

Selon certains observateurs, cette subtile procédure n'est, dans le 53% des cas, rien d'autre que du bluff. Quoi qu'il en soit, sa finalité est de forcer l'interlocuteur à reformuler entièrement son argumentation. Répétée avec suffisamment de constance, la perte de temps que représente cet échange peut pousser l'interlocuteur du luc2 à déclarer forfait.

Le détail-pivot qui est au coeur du défaut d'observation peut être tiré de n'importe quel messages que le luc2 a jamais écrit. Plus il sera inaccessible (car éloigné dans le temps et/ou noyé dans la masse des autres messages), plus l'argument sera efficace. Dans ses plus beaux jours, le luc2 va même jusqu'à chercher le détail-pivot dans un message postérieur à celui de l'interlocuteur. Cette approche est cependant plus risquée, on comprend donc qu'elle soit moins fréquente.

Statistiquement, il est intéressant de noter que cet argument intervient toujours avant le jeu de mots dans la chronologie de l'argumentation lucéenne (le jeu de mots étant généralement la carte que le luc2 garde pour la fin) : si le défaut d'observation ne fonctionne pas, un jeu de mots fera bien l'affaire.

CONTR. : jeu de mots

 
Hors-sujet

Parfois abrégé HS.

Le hors-sujet est l'outil de prédilection du luc2 lorsqu'il veut redessiner les contours du champ de la discussion. Il constitue la façon la plus efficace d'évacuer tout argument trop gênant, à tel point que certains experts le considèrent comme un véritable « label de qualité » : un argument qualifié de hors-sujet par le luc2 est forcément un argument imparable, puisqu'il n'a pu être contré par aucune arme conventionnelle de l'arsenal du luc2.

Le luc2 accompagne généralement sa déclaration de HS par une brève explication de la raison de sa sentence. Bien loin d'être une contrainte, ceci n'est en fait qu'une modalité que le luc2 met à profit pour s'approprier la discussion, en décidant des sujets qui en font partie ou non.

CONTR. : bifurcation

 
Bifurcation

La bifurcation est l'arme "anti-HS" développée par le luc2 pour se protéger des accusations de hors-sujet formulées à son encontre. Son principe de fonctionnement, d'une simplicité exemplaire, consiste à laisser entendre que la discussion a subi une sorte de profonde "mutation", suite à laquelle son thème central s'est vu totalement modifié. C'est cette mutation que le luc2 désigne sous le nom de bifurcation.

La bifurcation légitime donc tout hors-sujet commis par le luc2, et ce, jusqu'à ce que le nouveau thème de la discussion ait été précisément redéfini par le luc2 (et personne d'autre).

En effet, le luc2 est seul habilité pour identifier et annoncer (toujours après coup) les points de bifurcation. Toute annonce de ce genre, formulée par un autre participant, relèverait du vulgaire hors-sujet. A ce propos, il faut noter que la différence entre une bifurcation et un hors-sujet qui se prolonge (fût-ce sur des dizaines de messages) n'a pas encore été élucidée et constitue une source intarissable de spéculations parmis les chercheurs du CEL2.

CONTR. : hors-sujet

 
Rancune

Le Côté Obscur de la Raison (en d'autres termes, le Mauvais Bout de la Raison), présent à l'état latent chez tout être humain. L'ennemi mortel de la rancune est le luc2 en personne, ce qui explique que la rancune soit particulièrement active chez les personnes qui discutent avec lui. Mais le luc2 n'est pas dupe et a mis au point un système de diagnostique totalement infaillible (et très simple) pour démasquer les perfides agissements de la rancune : en effet, toute personne qui refuse d'admettre que le luc2 a raison est forcément sous l'emprise de la rancune. C'est scientifiquement prouvé.

En d'autres termes, le luc2 diagnostique de la rancune chez toute personne qui persiste à ne pas se laisser convaincre.

La rancune semble correspondre au sentiment généralement connu sous le nom de "fierté mal placée", bien que le luc2 soit là pour nous prouver que la réalité est bien plus grave qu'il n'y paraît. La rancune est une force puissante et insaisissable qui essaye d'étouffer la Vérité lucéenne afin d'en priver l'Humanité. Elle se dresse comme un bouclier indestructible entre luc2 et son interlocuteur dès que le luc2 estime avoir démontré la supériorité militaire de son armement discursif, mais que son interlocuteur refuse de l'admettre.

On pourrait penser que le sentiment de rancune n'est pas quelque chose de démontrable. Avec le luc2, il n'en est rien. La présence de la rancune est très simplement et rigoureusement démontrable : tout désaccord prolongé avec les opinions du luc2 est signe indiscutable de rancune. Le signe devient preuve lorsque le désaccord porte sur un sujet que le luc2 a préalablement démontré (comme le fait que son interlocuteur soit rancunier, par exemple). La seule raison qui permet à l'interlocuteur de continuer à mettre en doute un sujet prouvé par le luc2, c'est la rancune.

Concernant le concept de preuve et d'argument chez le luc2, consulter impérativement la note qui ouvre ce dictionnaire.

Voici un exemple concret de raisonnement lucéen, variation classique sur le thème de la rancune :
 

QUESTION : Comment peux-tu prétendre AVOIR FAIT changer d'avis quelqu'un qui t'affirme NE PAS AVOIR changé d'avis ?
N'as-tu pas l'impression d'aller contre le bon bout de la raison ?

REPONSE : la personne ment. c'est facile a faire. c'est tout ce qu'il y a de plus PLAUSIBLE lorsqu'une personne deteste l'autre : par fierte, elle refuse de reconnaitre sa defaite.

Pour le message complet (690 lignes), cliquez ici (Google groups)

Est-il concevable que le luc2 soit dans l'erreur, qu'il y persiste et diagnostique de la rancune chez son interlocuteur, alors que celui-ci ne serait pas dans l'erreur ? Cette question a été mainte fois abordée par les interlocuteurs du luc2, mais ce dernier ne s'y est jamais attardé. Certains chercheurs du CEL2 s'y sont intéressé de près. Ils ont été excommuniés.

C'est pourtant simple : le luc2 n'a jamais tort. D'ailleurs ça aussi, c'est prouvé.

CONTR. : bon bout de la raison

 

LEXIQUE DES TERMES SCIENTIFIQUES DE LA LUCOLOGIE SECONDE

par le Professeur Shogouki

 
CEL2

Comité d'Etude du luc2. Organisation non gouvernementale dont l'activité principale est l'étude de luc2 et des éventuelles conséquences de son apparition.

 
luc2

n. m. Entitée de nature inconnue dont l'existence a été constaté pour la première fois sur un forum de discussion un jour d'octobre 2000. La cellule de crise nommée CEL2 tente depuis de définir cette nouvelle forme de vie.

 
lucéen

adj. qui est propre au luc2 (ex : l'univers lucéen est linéaire et à une dimension).

 
lucémie

n. f. Maladie pouvant se contracter au contact du luc2. Il semble que cette maladie s'attaque au système nerveux central de la victime, dont elle altère les connexions synaptiques en modifiant l'émission des neurotransmetteurs. (Ex : "Arg, ma lucémie est revenue !")

 
lucide

adj. Qui est en pleine possession de ses facultés intellectuelles. Aucun rapport étymologique avec le luc2.

 
luciser

v. Action qui consiste à ne pas argumenter ses propos tout en prétendant le contraire.

 
lucologie seconde

n. f. Etude scientifique du luc2.

 
lucologue

n. m. Personne qui consacre sa vie à l'étude du luc2. à compléter

Retour à la page principale