Vous êtes ici

Digital ne veut pas dire digital !

De nos jours, le mot "digital" est utilisé à toutes les sauces, et dans le 99.99% des cas, il est mal utilisé. Moi ça me fait mal aux yeux, donc logiquement : petit coup de gueule sémantique sur mon blog. Secretlaugh

Evidemment, c'est un mot qui est très lié au domaine de l'informatique. Mais même avant le boom des ordinateurs, il existait déjà dans la langue courante : la "montre digitale" des années '80, par exemple. Ou l'"écran digital" des calculettes de poche. Ces emplois étaient plutôt marginaux et réservés à des gadgets, donc ça passait relativement inaperçu. Et comme ils s'appliquaient à des appareils relativement nouveaux, on ne s'étonnait pas trop d'utiliser ce mot un peu bizarre, un peu nouveau lui aussi : digital. Mais depuis la fin des années '90, les choses ont changé, et on trouve ce mot partout : technologie digitale, musique digitalisée, digitalement remastérisé, effets spéciaux digitaux, j'en passe et des meilleures.

Pour comprendre l'erreur que représente ces emplois du mot, il faut se pencher sur son origine. Celle-ci est double. Car il y a le mot français "digital", et il y a le mot anglais "digital". Bien que les deux s'écrivent exactement de la même manière, ils n'ont pas du tout la même signification.

  • En anglais, "digital" est l'adjectif dérivé du nom "digit", qui veut dire "nombre". "Digital", en anglais, veut donc dire "numérique".
  • En français, "digital" vient du latin "digitus", qui veut dire "doigt". Oui, le doigt de la main. On retrouve cette racine étymologique dans "prestidigitateur", par exemple, qui veut dire en gros "une personne aux doigts rapides". Bref. "Digital", en français, veut donc dire "relatif aux doigts".

Les deux mots, digital anglais et digital français, sont donc des faux-amis. Ils se ressemblent mais ne veulent pas dire la même chose. Traduire l'un par l'autre, comme on le constate très fréquemment dans la presse écrite et le langage courant, revient tout simplement à afficher sa méconnaissance de la langue anglaise et/ou de la langue française.

Quand on y réfléchit, "empreinte digitale" est quasiment la seule expression française qui utilise le mot "digital" de façon correcte. L'empreinte des doigts, oui, c'est parfaitement logique. Par contre, l'immense majorité des autres expressions sont des simples mauvaises traductions d'expressions anglaises --qui, elles, sont parfaitement correctes !

La digitale pourpre
La digitale pourpre
© Wikipedia
Si la botanique s'en mêle,
on va pas s'en sortir...

  • Technologie digitale : ça veut dire quoi ? Technologie relative aux doigts ? Absurde ! Ce dont on parle c'est de technologie numérique. Autrement dit, une technologie basée sur les nombres : l'informatique.
  • Montre digitale : une montre avec des doigts ? Pour les doigts ? A cause des petits boutons sur le côté qu'il faut presser avec les doigts ? Allons allons : c'est une montre numérique. Je sais, ça fait un peu bizarre d'entendre ça, on est tellement habitués à la "montre digitale", mais pourtant c'est bien une montre numérique : une montre qui utilise des nombres pour afficher l'heure, par opposition aux montres traditionnelles qui utilisent des aiguilles.
  • Ecran digital : alors là il y a deux options. Soit c'est l'écran numérique des calculettes, écran qui affiche des nombres (ben oui). Soit c'est l'écran qui réagit à la pression des doigts : d'accord, mais dans ce cas, on dit écran tactile !
  • Digitaliser : un néologisme d'autant plus horrible qu'il est, comme on vient de le voir, absurde. Ce verbe fait allusion à la "transformation" de données brutes (analogiques) en données numériques (par exemple, passage d'une cassette audio à un CD audio). Schématiquement, les données analogiques se voient "découpées en tranches", chaque tranche correspondant à une valeur numérique unique. On parle donc de numériser (de la musique, par exemple).
  • Musique digitale, support d'enregistrement digital, effets spéciaux digitaux, etc etc etc : je ne vais pas non plus faire une liste exhaustive, le principe est toujours le même. Toutes ces expressions sont liées à l'informatique, autrement dit à la technologie numérique, basée sur des manipulation de nombres, par opposition aux technologies dites analogiques. Par exemple le CD est un support numérique (la musique y est stockée sous forme de valeurs numériques), tandis que la vieille cassette à bande magnétique est un support analogique (la musique y est stockée sous forme d'ondes magnétiques brutes). Les effets spéciaux soi-disant digitaux sont simplement réalisé par ordinateur, soit grâce à une technologie numérique. Et non pas "avec les doigts" !

Pour peu qu'on connaisse un peu la langue anglaise et la langue française, ces traductions en copier-coller sont fréquemment source d'agacement : on traduit "to assume" par "assumer" (au lieu de "supposer"), "eventually" par "éventuellement" (au lieu de "par la suite, finalement") ou encore "actually" par "actuellement" (au lieu de "en fait")... est-ce de la paresse, un manque de rigueur, de l'ignorance ?

J'en sais rien, là je m'occupe de digital. Le reste, on verra plus tard. Secretlaugh

Commentaires

Portrait de Lo
Lo

as usual, an excellent article! ça fait bien longtemps que je me bats pour expliquer ça aux gens et je crois que désormais, j'utiliserai l'exemple de la musique digitale qui m'a bien fait rire.

Portrait de toky
toky

cool ta reflexion ... ca m'inspire pour mon intro d'expose sur les technologies numeriques

Portrait de Christophe-Olivier Guglielmi
Christophe-Oliv...

On est en 2017. Cet article a été posté en 2006! Depuis ça n'a fait qu'empirer. Etant très respectueux de ma langue, j'ai mal aux yeux, aux oreilles en raisons du foisonnement de toutes ces aberrations; certes une langue vivante doit évoluer, mais pas n'importe comment ! Je me bats depuis pas mal de temps, et reprends quasi texto l'argumentaire que je découvre ici, à savoir qu'en reproduisant une habitude inepte, au mieux on fait montre de son ignorance, au pire, on accepte l'erreur répandue par lâcheté et l'on participe à l'amplifier. Il y a bien d'autres exemples, ceux cités sont répandus et m'énervent régulièrement (je suis supposé faire... au lieu de je suis censé faire, message crypté au lieu de chiffré (cryptage pour chiffrement) etc.), d'autant qu'ayant vécu et étudié en Angleterre plusieurs années durant, cela me blesse autant dans "mon français" que dans "mon anglais". Ces erreurs répandues, propagées parfois volontairement (ça fait "in", digital...), seraient-elles le reflet d'une société ayant abandonné toute ambition en matière de bon usage de la langue, au profit de quelque épiphénomène de mode ? Même dans les colonnes de grands quotidiens autrefois respectables elle se trouve massacrée (orthographe, mais aussi grammaire, syntaxe) et perd de son charme unique... mais je suppose que cette réflexion n'est pas assez "digitale".

Portrait de s427
s427

Haveaniceday Si j'avoue que l'usage du mot "digital" à toutes les sauces m'écorche toujours autant les oreilles, je ne pense pas que cela justifie vraiment une vision aussi apocalyptique des choses. La langue évolue, c'est un fait. Elle n'évolue pas nécessairement de la manière la plus élégante, rationnelle, ou tout simplement de la manière qu'on préférerait : c'est un autre fait. Je pense que cela a toujours été vrai et sera toujours vrai, et que ce n'est pas spécifique à notre époque (quelqu'un de plus renseigné que moi pourrait sans aucun doute trouver de nombreux exemples tirés de nombres époques). Donc je préfère prendre le parti de l'accepter (même si c'est dur... Et c'est dur !) plutôt que de m'énerver en vain.

Quant à la dégradation du niveau rédactionnel dans la presse en générale, c'est un autre débat, probablement lié à l'omniprésence de certaines politiques pour lesquelles l'argent est le seul critère de décision. (Il faudrait peut-être aussi voir s'il n'y a pas un effet d'idéalisation du passé, toujours très tentateur.)

Ajouter un commentaire