Vous êtes ici

KeyNote NF

KeyNote NF1 est un programme gratuit fantastiquement utile. C'est bien simple, je ne saurais plus m'en passer, il fait partie des programmes que j'utilise le plus souvent sur mon ordi.

Pour résumer, KeyNote permet, le plus simplement du monde, de prendre des notes, sur tous les sujets imaginables, de les organiser de façon hiérarchisée (entièrement personnalisable) et de les sauvegarder de manière centralisée (un seul fichier peut contenir des centaines de notes). Le tout accompagné d'une foultitude de fonctions très utiles.

Une image étant souvent plus éloquente qu'un long discours, voici une capture d'écran qui vous donnera un meilleur aperçu du principe de ce programme.

Présentation

cliquez pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Cliquez pour agrandir

Tout ce que vous pouvez voir sur cette capture d'écran est stocké dans un seul fichier (en l’occurrence, "création.knt"). L'arborescence des notes est évidemment le grand point fort de ce programme (chaque point de l'arborescence peut contenir du texte qui s'affiche dans la partie droite de la fenêtre), mais notez également la présence d'onglets au sommet de la fenêtre : chaque onglet peut à son tour contenir une arborescence distincte, avec un nombre de notes pratiquement illimité. Et tous ces onglets sont eux aussi stockés dans le même fichier KNT.

Avant d'aller plus loin, il convient de mettre au clair certains termes utilisés. Le concept d'"arbre", ou structure arborescente, est utilisé dans de nombreux domaines (généalogie, informatique, etc) et KeyNote s’appuie sur ce modèle pour structurer les informations qu'il contient. Chaque "étape" de la structure arborescente est appelée un "nœud" (node, en anglais). On distingue les différents nœuds suivant leur position dans l'arborescence, en utilisant une terminologie assez intuitive, empruntée à la généalogie. Si les nœuds "B" et "C" sont tous les deux des sous-nœuds du nœud "A", on dit que "B" et "C" sont les enfants de "A", et que, réciproquement, "A" est leur parent. De même "B" sera le frère de "C" (et réciproquement). Ceci étant clarifié, revenons à nos programmes.

Dans KeyNote, chaque onglet correspond à une "note", qui peut à son tour contenir une arborescence de nœuds (comprenant autant de niveaux que vous le souhaitez), chaque nœud pouvant contenir du texte et des images. L'arboresence est affichée dans la partie gauche de la fenêtre, et le contenu du nœud sélectionné est affiché dans la partie droite de la fenêtre.

Le texte contenu dans un nœud peut être mis en forme suivant la norme Rich Text Editor, qui correspond grosso modo à ce que l'on peut faire dans le WordPad de Windows (ne pas confondre avec Word tout court, beaucoup plus puissant, ni avec NotePad, alias "Bloc-notes", infiniment plus primitif) :

  • mise en forme du texte et des paragraphes,
  • utilisation de polices, couleurs et tailles de textes différentes dans un même paragraphe,
  • utilisation de listes,
  • indentation des paragraphe,
  • URL cliquables,
  • insertion d'images (mais avec pour conséquence de faire augmenter assez considérablement la taille du fichier KNT),
  • réglages des interlignes (par paragraphe),
  • etc.

Il est également possible de définir des styles de mise en forme personnalisés, qui seront ensuite réutilisables à volonté via une petite barre d'outils.

Les intitulés de l'arborescence elle-même (le nom de chaque nœud) peuvent être mis en gras et/ou en couleur. Il est également possible d'afficher une case à cocher à côté de chacun d'eux; ces cases ne modifient aucunement le comportement du programme, ce sont juste des indicateurs visuels destinés à l'utilisateur : nœud coché ou pas coché, à vous de les utiliser si ça peut vous aider à vous organiser. On peut aussi, si on le souhaite (mais je ne vois pas trop l'intérêt), faire disparaître l'arborescence des nœuds dans un onglet particulier, afin de n'afficher que le contenu de la note.

Les menus, quant à eux, regorgent de fonctions très pratiques : recherche/remplacement de texte, insertion de date ou heure, ajouts de "bookmarks" (lien vers un endroit précis d'une note), etc.

Jusqu'ici j'ai dit que toutes les notes étaient stockées dans un seul fichier (NKT), mais il est bien sûr possible de créer plusieurs de ces fichiers, chacun avec une structure d'onglets/arborescence/contenu différente. Dans cette optique, KeyNote offre à l'utilisateur une petite fenêtre, intitulée "Notes file manager". Celle-ci garde en mémoire tous les fichiers KeyNote qui ont été ouverts par l'utilisateur (et qui sont toujours présents sur l'ordinateur), et permet de passer de l'un à l'autre avec une facilité déconcertante.

Ajoutons que la sauvegarde des fichiers KNT est automatique et peut être paramétrée, par exemple pour qu'elle s'effectue à chaque fois qu'on passe à une autre application que KeyNote. Très utile. Par ailleurs, chaque fichier KeyNote peut être encrypté pour protéger ses données des regards indiscrets (auquel cas, KeyNote demandera un mot de passe à chaque fois qu'on souhaitera ouvrir ce fichier). L'extension des fichiers encryptés est KNE (au lieu de KNT).

Tout ceci ne servirait à rien si le programme n'était pas accessible en un clin d'oeil, ce qui est le cas. KeyNote peut être configuré pour se lancer au démarrage de Windows, ensuite de quoi il réside tranquillement sous la forme d'un petit icône carré à proximité de l'horloge Windows. On peut également (dans ses options de configuration) choisir un raccourci clavier qui, lorsqu'on l'utilisera, fera réapparaître KeyNote au premier plan, prêt à recevoir toutes les informations qu'on voudra y mettre. Une option qu'il est important de prendre la peine de configurer si on veut profiter pleinement du programme.

Une autre capture d'écran, cette fois-ci commentée :

cliquez pour agrandir dans une nouvelle fenêtre
Cliquez pour agrandir

Utilité

Il est possible d'utiliser ce programme pour y jeter les notes les plus triviales, par exemple :

  • liste de choses à faire,
  • adresses web à visiter,
  • brouillon de texte qu'on veut poster sur un forum, mais qu'on aimerait relire avant,
  • liste de trucs prêtés ou empruntés à des potes,
  • infos pratiques diverses,
  • des idées qui viennent à l'esprit, qui ne servent à rien mais qu'on n'a pas envie d'oublier,
  • informations à stocker temporairement (p.ex. pendant qu'on est en train de surfer sur Internet pour faire des recherches sur un sujet précis) en attendant de les trier,
  • stockage de mots de passe (p.ex. pour des sites internet) sous forme encryptée,
  • stockage d'informations de configuration technique (p.ex. comptes e-mail, accès internet, etc) sous forme encryptée.

En bref, tout ce qu'on ne sait pas où noter ailleurs.

Mais il est également possible d'utiliser KeyNote pour du travail plus sérieux ou d'une ampleur plus importante. La structure arborescente des notes, ainsi que les options de mises en forme du texte et des paragraphes, et la possibilité d'insérer des images, fournissent des outils solides qui permettent de faire avancer à peu près n'importe quel projet qui repose principalement sur du texte (évidemment, on ne va pas demander à KeyNote des capacités de mise en page avancées, ce n'est pas son but). La structure des notes peut très bien correspondre, par exemple, à celle d'un travail de mémoire ou d'un roman (organisation en chapitres, sous-chapitres, etc), aux différentes étapes d'un projet ou à plusieurs facettes de celui-ci. On peut même s'en servir pour structurer et organiser un grand nombre d'informations relatives à un sujet particulier, et ainsi se constituer une source de références pour différents domaines (exemple, ma deuxième capture d'écran, ci-dessus, consacré au développement web; ou la première, collecte de sources pour un article et rédaction de l'article en question).

Trucs pratiques

Voici un certain nombre de raccourcis clavier qui permettent de travailler plus efficacement avec KeyNote. Certains d'entre eux correspondent à des standards partagés par la plupart des programmes sous Windows; je les indique quand même, pour celles/ceux qui ne les connaîtraient pas déjà.

Navigation

  • F12 : Fais apparaître la petite fenêtre de gestion des fichiers KeyNote, qui permet de passer rapidement de l'un à l'autre.
  • Ctrl+Page Down, Ctrl+Page Up : Affiche l'onglet suivant/précédent du fichier courant.
  • Ctrl+TAB, Ctrl+Maj+TAB : Idem, affiche l'onglet suivant/précédent du fichier courant.
  • Alt+flèche haut/bas : Si le curseur se trouve dans le contenu d'un nœud (partie droite de la fenêtre), ce raccourci permet de passer au nœud supérieur/inférieur dans l'arborescence de la partie gauche de la fenêtre. A l'inverse, si le curseur se trouve dans l'arborescence, ce raccourci permet de faire défiler le texte de la partie droite (contenu) vers le haut ou vers le bas. Autrement dit, si le curseur se trouve dans une partie de la fenêtre (gauche ou droite), ce raccourci fait défiler l'autre partie de la fenêtre (resp. droite ou gauche), sans qu'il soit nécessaire d'y amener le curseur.
  • TAB : Permet de faire passer le curseur de l'arborescence dans la partie contenu (autrement dit, de la partie gauche à la partie droite de la fenêtre)
  • Ctrl+Maj+TAB : Inverse du précédent, permet de faire passer le curseur de la partie contenu dans l'arborescence.

Gestion des nœuds

Tous les raccourcis de cette section ne s'appliquent que lorsque le curseur se trouve dans l'arborescence des nœuds (partie gauche de la fenêtre).

  • ENTER : Crée un nouveau nœud, de même niveau hiérarchique que le nœud courant.
  • Maj+ENTER : Crée un nouveau nœud en tant qu'"enfant" du nœud courant.
  • Maj+flèche haut/bas : Déplace le nœud courant vers le haut ou vers le bas.
  • Maj+flèche droite/gauche : Modifie la position hiérarchique du nœud courant. Flèche droite : le nœud sélectionné devient enfant du nœud de même niveau hiérarchique situé immédiatement au-dessus de lui. Flèche gauche : mouvement inverse, le nœud sélectionné remonte d'un niveau hiérarchique et se retrouve donc au même niveau que le nœud qui était précédemment son "parent" (il devient donc son "frère").
  • ESPACE : Renommer le nœud sélectionné.
  • Ctrl+B : Mettre le nom du nœud sélectionné en gras; même raccourci pour annuler la modification.

Raccourcis internes

On peut insérer dans une note un raccourci vers une autre note, située dans un autre onglet, ou même dans un autre fichier KNT. Ce raccourci se présentera comme un lien web : cliquez dessus et vous serez immédiatement amené à l'emplacement référencé dans le fichier KeyNote.

  • Ctrl+F6 : marquer l'emplacement courant (emplacement du curseur) comme destination du lien. (Un peu comme lorsqu'on fait un copier-coller, il faut d'abord mettre en mémoire (copier) ce qu'on veut insérer par la suite ailleurs.)
  • Maj+F6 : créer le lien vers l'emplacement précédemment marqué.

Par défaut, le lien inséré affiche le chemin vers l'emplacement concerné ([nom de l'onglet]/[note de la note]/[sous-note]/[etc]), mais il est possible de changer ce texte comme on le souhaite.

Autres fonctions

  • Ctrl+N : Nouvel onglet.
  • F2 : Renommer l'onglet courant (et modifier ses propriétés).
  • F3 : Boîte de dialogue "rechercher". Fonction "rechercher le suivant" si une recherche est en cours.
  • Maj+F11 : Afficher/masquer l'arborescence des nœuds.
  • F9 : Afficher/masquer le panneau d'outils.
  • F11 : Enclencher/déclencher le mode "capture automatique du presse-papier". Dans ce mode l'onglet de la note est affiché en jaune, et toute information copiée dans le presse papier de Windows, depuis n'importe quel programme, sera immédiatement et automatiquement collée dans KeyNote sous forme d'un nouveau nœud (sans qu'il soit nécessaire de revenir dans KeyNote pour faire quoi que ce soit).

Je vais m'arrêter ici pour les raccourcis clavier... Il y en a beaucoup plus, mais vous pouvez les découvrir par vous-même très simplement : ils sont (presque) toujours indiqués dans les différents menus du programme, à côté de la commande correspondante. Par exemple dans le menu "View", on trouve la commande "Always on Top - F8". A vous de les mémoriser en fonction de votre utilisation du programme.

À noter que le menu "Tools" contient une entrée "Customize Keyboard..." qui vous permet de modifier les raccourcis clavier pour un grand nombre de commandes (même si elles n'ont pas de raccourci par défaut).

Portabilité

À noter que KeyNote est un programme "portable" par défaut. Il n'y a pas de procédure d'installation à proprement parler : décompressez les fichiers dans le dossier de votre choix, lancez keynote.exe, et vous pouvez l'utiliser directement. Les préférences sont stockées dans le même dossier (fichier keynote.ini). Cela vous permet d'utiliser ce programme même dans un environnement où vous n'avez pas les droits pour installer de nouveaux programmes.

Mais surtout, cette simplicité fait qu'il est possible de facilement transporter le programme et ses préférences entre deux ordinateurs, ce qui permet de palier à l'absence de fonction "cloud" native. À titre personnel, par exemple, j'utilise un compte Dropbox, dans lequel j'ai un dossier "KeyNote" qui contient à la fois le programme (dans un sous-dossier séparé) et mes fichiers KNT. Le fonctionnement de Dropbox fait que mes fichiers KNT, ainsi que les préférences du programme, sont donc automatiquement synchronisés entre les différents ordinateurs que j'utilise. KeyNote détecte automatiquement si un fichier KNT ouvert a été modifié, et propose de le recharger afin d'afficher le contenu à jour.

Les nœuds virtuels

Il existe enfin une fonction de KeyNote, un peu plus technique mais intéressante néanmoins : la possibilité de créer des "nœuds virtuels" (virtual nodes). Il s'agit d'un nœud spécial, dont le contenu n'est pas stocké dans le fichier KNT, mais dans un fichier externe et indépendant. Il est ainsi possible d'afficher le contenu de différents fichiers éparpillés sur votre ordinateur, comme s'il s'agissait de nœuds faisant partie du fichier KNT. KeyNote ne peut cependant reconnaître que trois types de données : texte brut, HTML et RTF (texte mis en forme).

Pour créer un nœud virtuel, sélectionnez le nœud désiré (vide, de préférence) et utilisez le raccourci clavier Ctrl+V (lorsque le curseur se trouve dans l'arborescence des notes). KeyNote vous demande alors à quel fichier vous voulez "lier" le nœud. Choisissez (si la boîte de dialogue n'affiche pas le fichier que vous souhaitez utiliser, spécifiez "All Files" dans type de fichiers) et validez. C'est fait.

Il est important de comprendre qu'à ce moment, toutes les modifications que vous apporterez dans ce nœud seront sauvegardées dans le fichier externe que vous avez choisi en créant le nœud virtuel. Si par exemple vous créez un nœud virtuel et que vous le liez au fichier "infos.txt", toutes les informations apportées dans ce nœud virtuel seront sauvegardées dans le fichier "infos.txt" et pas ailleurs. Parallèlement, si vous modifiez "infos.txt" avec un autre programme, ces modifications se retrouveront dans le nœud virtuel correspondant dans KeyNote.

Limitations

Je mentirais si je prétendais que ce programme, tout fantastique qu'il soit, est totalement exempt de défauts. Voici ses limitations les plus importantes :

  • Il est possible d'imprimer depuis KeyNote, mais les options d'impression sont assez limitées : ce n'est pas sa fonction première. (Je ne l'ai d'ailleurs jamais utilisée.)
  • Les possibilités de mise en forme du texte sont (d'après ce que je comprends) celles du format RTF, qui est utilisé pour stocker les contenus. Autrement dit, ce sont les mêmes limitations qu'on trouve dans WordPad (la version allégée de Word, qui est livrée avec Windows). Cela exclut tous les éléments un tant soit peu sophistiqués, comme les tableaux ou les éléments de formulaire (cases à cocher, etc). Les listes sont prises en charge (numérotées ou non), mais pas les listes imbriquées (liste dans une liste).
  • Enfin, la gestion des images est un peu problématique, puisque celles-ci sont apparemment stockées sous forme non-compressée. Autrement dit, même des fichiers GIF ou JPG (formats compressés, donc) sont automatiquement convertis en BMP lorsqu'ils sont intégrés à un fichier KeyNote. Ceci entraîne très rapidement une grosse augmentation de la taille du fichier KNT, et un plus grand temps de chargement lorsqu'on ouvre ce fichier. C'est le seul problème de performance que j'ai remarqué avec KeyNote. Donc au final, je déconseillerais d'utiliser KeyNote pour stocker autre chose que du texte (avec mise en forme).

Pour finir

Et enfin, n'oublions pas...

Le lien pour télécharger le programme !

C'est ici : http://www.tranglos.com/free/index.html (obsolète; voir ci-dessous)

Note : une version 2 du programme, aux multiples améliorations, est annoncées depuis plusieurs années. Apparemment le projet n'est pas abandonné, mais en raison de sa nature gratuite, il n'avance qu'en fonction du temps libre de son concepteur, c'est à dire trrrrès lentement. Haveaniceday

Petit ajout : je viens de m'apercevoir que le site framasoft (consacré au logiciel libre) parle de Keynote et propose même un tutoriel téléchargeable (format PDF ou Open Office), en français, pour se familiariser avec ce programme. Ca se passe ici.

[Mise à jour] Hélas, trois fois hélas : le développeur de Keynote a jeté l'éponge. Keynote 2 ne verra pas le jour. Keynote 1 reste librement téléchargeable, et ma foi, je continuerai de l'utiliser tant que je n'aurai pas trouvé son digne remplaçant.

[Mise à jour - 2] Hallelujah !!! : Le projet Keynote (dans sa version 1) a été repris par un nouveau développeur sous forme de projet open source, et renommé "KeyNote NF" au passage. Ça se passe par ici. Je n'ai pas encore testé cette nouvelle mouture, mais à en juger d'après le changelog du site, le projet est assez actif ! Merci à Didier pour cette information.

[Mise à jour - 3] Le projet s'est maintenant déplacé sur github, et continue d'être mis à jour régulièrement. Haveaniceday

  • 1. Initialement simplement nommé "KeyNote", le programme a été par la suite été abandonné, puis repris par d'autres développeurs et renommé "KeyNote NF" (pour "new features") afin de le rendre plus facilement trouvable via des moteurs de recherches (Keynote étant un terme utilisé pour plein d'autres choses, et notamment un logiciel de présentation (Apple) beaucoup plus connu).

Commentaires

Portrait de Psykotik
Psykotik

Ca doit faire maintenant 2 ans que j'utilise ce programme, sur TES conseils; donc merci encore, merci toujours ! Explications très utiles, très détaillées. "S427, du travail de pro", devrais-tu mettre en accueil Haveaniceday

Portrait de ASSISTA TCS SA
ASSISTA TCS SA

ASSISTA TCS SA vous présente ses meilleures salutations.

Portrait de s427
s427

"Mais qui cela peut-il bien être ?"

Portrait de s427
s427

Petit ajout : je viens de m'apercevoir que le site framasoft (consacré au logiciel libre) parle de Keynote et propose même un tutoriel téléchargeable (format PDF ou Open Office), en français, pour se familiariser avec ce programme.

Ca se passe ici.

Portrait de antistress
antistress

équivalent linux ?

Portrait de s427
s427

Alors là désolé, aucune idée...

Portrait de Didier
Didier

Bonjour,

Je découvre le programme.

J'aimerais savoir s'il est possible de réaliser des "tableaux avec cases à cocher" dans les zones de texte.

Portrait de s427
s427

Malheureusement non. En gros, les possibilités de mise en forme dans KeyNote sont les mêmes qu'on trouve dans WordPad (la version allégée de Word qui est livrée avec Windows). Cela exclut tous les éléments un tant soit peu sophistiqués, comme les tableaux ou les éléments de formulaire (cases à cocher, etc).

Portrait de s427
s427

En revanche, il est possible d'ajouter une case à cocher à côté de chaque élément du panneau de gauche (arborescence des notes).

Portrait de Didier
Didier

Bonjour,

Pourrais-tu me donner un peu plus d'information sur la manière de configurer les marges pour l'impression (j'ai beau modifier celle-ci, l'impression démarre toujours à quelques millimètres seulement des bords de la feuille) ?

De même, pourrais-tu m'en dire plus sur les plugings ? A quoi servent-ils ? En trouve-t-on en français ? Comment en créer soit-même ?

D'avance merci

Portrait de Didier
Didier

Re,

Encore une chose, si tu veux bien.

A partir de quelle taille un fichier devient-il difficile à "gérer" ? A quoi cela peut-il correspondre en terme de pages, d'images ?

Encore merci

Portrait de s427
s427

@Didier: je n'ai malheureusement pas de réponse très satisfaisante à tes questions.

Pour l'impression, je crois que c'est lié à ton imprimante et non au logiciel. Si ce n'est pas le cas, je suppose que c'est une limitation de Keynote. Mais je n'en suis absolument pas certain et je ne peux pas en dire plus, je n'imprime jamais depuis Keynote. (Ceci dit il faut bien comprendre que Keynote sert principalement à stocker de l'information sur son ordi; ce n'est pas un logiciel de traitement de texte, et ses options de mise en page sont très limitées; il est possible d'imprimer depuis Keynote, mais ce n'est pas pour ça que le programme a été conçu.)

Je n'utilise pas non plus les plug-ins et n'ai jamais très bien compris leur fonctionnement et leur possibilités... Par contre je crois que l'aide intégrée au programme contient quelques informations, je te laisse voir par toi-même (menu Help > Help Content).

Enfin il est difficile de dire à quel moment un fichier devient difficile à gérer, mais je peux dire que je ne me suis jamais senti limité. L'avantage de Keynote est le fractionnement de l'information qui est rendu possible : on peut la répartir dans différents noeuds, qui peuvent être contenu dans différents arbres et sous-arbres, qui eux-même peuvent être contenu dans différents onglets, qui eux-même peuvent être stockés dans différents fichiers KNT, et il est assez facile de naviguer entre tous ces niveaux hiérarchiques. Pour ma part j'ai 5 fichiers KNT, dont certains contiennent un assez grand nombre de noeuds, et je n'ai jamais noté de ralentissement ou de problème de performance.

Par contre il est important de noter que les images sont un peu plus problématiques, puisqu'elle sont apparemment stockées sous forme de bitmaps non compressés. Autrement dit, même des fichiers GIF (format compressé, donc) sont automatiquement convertis en BMP lorsqu'ils sont intégrés à un fichier Keynote. Ceci entraîne très rapidement une grosse augmentation de la taille du fichier KNT, et un plus grand temps de chargement lorsqu'on ouvre ce fichier. C'est le seul problème de performance que j'ai remarqué avec Keynote. Donc au final, je déconseillerai d'utiliser Keynote pour stocker autre chose que du texte (avec mise en forme).

Portrait de Didier
Didier

Merci malgré tout pour la réponse. Je prends bonne note de tes remarques (et conseils).

Portrait de Didier
Didier

Bonjour,

Quelqu'un a repris le développement du programme avec certaines améliorations.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester toutes ces améliorations parce que le programme est développé en anglais.

Toutefois, l'auteur a prévu la possibilité d'utiliser des fichiers de langues différentes, mais à charge de la communauté de traduire le fichier original.

Voici le lien vers cette nouvelle version : http://code.google.com/p/keynote-nf/ (peut-être l'intégrer dans le descriptif ci-dessus...)

Portrait de s427
s427

Oh, c'est une très bonne nouvelle ça ! J'ajoute un paragraphe à la fin de mon article. Des années après la rédaction de celui-ci, Keynote reste toujours aussi indispensable à mes yeux. Merci beaucoup pour l'information ! Haveaniceday

Portrait de GeGe
GeGe

Hello! J'ai un petit problème pour faire une tables des matières sur Keynote... Je fais donc appel à un grand fan du programme! Est-ce que vous pourriez me donner quelques tips ou m'indiquer s'il y a une commande spéciale?

Merci!

Portrait de s427
s427

@GeGe: Je ne suis pas sûr de comprendre la question. J'ai tendance à considérer que l'arborescence des notes (que l'on peut masquer/afficher avec le raccourci clavier Maj+F11) constitue déjà une forme de table des matières. A part ça je ne crois pas que Keynote propose de gérer les tables des matières et je n'ai pas connaissance de commande spéciale à ce sujet.

Portrait de s427
s427

J'ai mis à jour l'article avec des informations complémentaires :

nouvelles sections : "Portabilité" et "Limitations"
nouvelle sous-section dans "Trucs pratiques" : "Raccourcis internes"

Ajouter un commentaire