Vous êtes ici

L'effet Forer

- Acte I : La Promesse -

En 1948, le professeur Bertram R. Forer demande à ses étudiants de remplir un questionnaire qui lui permettra de décrire précisément la personnalité de chacun d'entre eux. Ceux-ci s'exécutent, sans réaliser qu'ils sont sur le point de prendre part à une expérience de psychologie aussi simple qu'ingénieuse, et particulièrement intéressante.

Le professeur Forer recueille les questionnaires, et les ramène chez lui afin de pouvoir les analyser.

- Acte II : Le Tour -

La semaine suivante, Forer se présente à nouveau devant sa classe : "Grâce au questionnaire que vous avez rempli, j'ai pu rédiger un profil psychologique détaillé pour chacun d'entre vous. Cependant, il est important pour moi de savoir si ce test donne des résultats fiables. Par conséquent, je vous demande de bien vouloir lire votre profil, chacun pour vous, et de lui donner une note, entre zéro et cinq : cinq, si vous estimez qu'il correspond parfaitement à votre personnalité, et zéro, si vous estimez qu'il ne vous correspond pas du tout."

Le professeur fait ensuite la moyenne des notes que ses profils recueillent. Résultat : 4,26.

Autrement dit, dans leur grande majorité, les étudiants estiment que le profil qu'ils ont reçu décrit très bien, voire parfaitement leur personnalité.

On en déduit donc que ce test de personnalité est très fiable, n'est-ce pas ?

...

N'est-ce pas ?

- Acte III : Le Prestige -

En fait non. Car comme dans tout bon test de psychologie, ce qu'on affirme étudier n'est pas ce qu'on étudie réellement, et le test ne se déroule pas tout à fait comme on croit qu'il se déroule.

En l'occurrence, le taquin professeur n'a jamais lu les questionnaires remplis par ses élèves. Le profil psychologique qu'il leur a rendu, il l'a rédigé en recopiant des extraits d'un recueil d'horoscopes, sans aucune connexion avec les réponses données par les élèves au test de personnalité.

Et il leur a rendu à tous exactement le même texte. Haveaniceday

La caractéristique de ce texte ? Être composé de phrases vagues qui semblent décrire des traits de personnalité spécifiques, mais qui en réalité pourraient s'appliquer à n'importe qui.

Le texte était le suivant :

« Vous avez besoin d'être aimé et admiré, et pourtant vous êtes critique avec vous-même. Vous avez certes des points faibles dans votre personnalité, mais vous savez généralement les compenser. Vous avez un potentiel considérable que vous n'avez pas encore utilisé à votre avantage. À l'extérieur vous êtes discipliné et vous savez vous contrôler, mais à l'intérieur vous tendez à être préoccupé et pas très sûr de vous-même. Parfois vous vous demandez sérieusement si vous avez pris la bonne décision ou fait ce qu'il fallait. Vous préférez une certaine dose de changement et de variété, et devenez insatisfait si on vous entoure de restrictions et de limitations. Vous vous flattez d'être un esprit indépendant ; et vous n'acceptez l'opinion d'autrui que dûment démontrée. Vous avez trouvé qu'il était maladroit de se révéler trop facilement aux autres. Par moment vous êtes très extraverti, bavard et sociable, tandis qu'à d'autres moments vous êtes introverti, circonspect et réservé. Certaines de vos aspirations tendent à être assez irréalistes. »

L'effet Forer (ou effet Barnum)

Le récit que je viens de donner est très légèrement romancé, dans la mesure où je ne connais pas les détails exacts, mais cette expérience a réellement eu lieu, avec ce texte (en anglais) et ce résultat (4,26). La même expérience a ensuite été reproduite des centaines de fois, dans des pays et des cultures très différentes, avec toujours le même résultat (une moyenne aux environs de 4,2 sur 5). Et ce résultat met en évidence ce qu'on appelle l'effet Forer (également nommé effet Barnum1, entre autres appellations).

L'effet Forer, c'est cette tendance qu'on a à accepter une description vague de la personnalité comme s'appliquant spécifiquement à nous-même. Autrement dit, on se projete dans un texte, on s'identifie à lui, jusqu'à croire qu'il nous décrit spécifiquement nous-même, en ignorant le fait qu'il pourrait s'appliquer à de nombreuses autres personnes (voire à quasiment tout le monde).2

Les études suggèrent que cet effet s'applique de manière universelle, indépendamment du pays, de la langue ou de la culture.

Pour bien fonctionner, il se base sur trois facteurs :

  • une certaine confiance dans la personne qui délivre le contenu (figure d'autorité, etc);
  • la croyance que ce contenu s'adresse spécifiquement à soi (croyance qui prédispose le sujet à interpréter le contenu en fonction de sa propre personne);
  • et un contenu qui est formulé de manière suffisamment vague (pour permettre l'interprétation), et qui est globalement plus positif que négatif (sans doute en lien avec un biais d'auto-complaisance).

Il s'ensuit un cercle vicieux, car cet effet renforce la confiance dans la source qui délivre le contenu, et cette confiance accrue, en retour, facilite le fonctionnement de l'effet Forer.

L'effet est renforcé par le biais de confirmation bien connu, qui fait qu'on retient plus facilement ce qui confirme nos préjugés que ce qui les contredit. Par conséquent, une personne qui lit son horoscope (et s'attend à y trouver une description valide de sa personnalité ou de sa vie), aura tendance à ignorer (et rapidement oublier) les parties qui ne collent manifestement pas à sa situation, et à accorder beaucoup plus d'importance aux parties qui peuvent être interprétées comme une description, même très vague, de ce qu'elle vit.

Évidemment, l'effet Forer tourne à plein régime dans le domaine de l'astrologie, dont les prédictions ou descriptions de personnalité sont toujours d'une imprécision assez hilarante pour peu qu'on y soit attentif. D'ailleurs, une petite expérience assez amusante à faire face à quelqu'un qui croit aux horoscopes : demandez-lui quel est son signe, lisez-lui les prévisions faites pour un autre signe (sans préciser ce détail, bien sûr), et savourez ses commentaires approbateurs ("Ah oui, c'est exactement ça !"). Du petit lait. Haveaniceday

 

Sources :
http://www.sociallypsyched.org/item/forer-effect
https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Barnum
https://fr.wikipedia.org/wiki/Bertram_Forer
https://www.youtube.com/watch?v=si2HoscBLIw
https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Prestige_(film) Grin

  • 1. En référence à l'homme de cirque Phineas Taylor Barnum, qui exploitait ce mécanisme pour impressionner son public durant ses spectacles.
  • 2. J'ai tendance à voir ça comme un reste de pensée magique, présente chez l'enfant, suivant laquelle le monde existe entièrement en fonction du sujet. Si je ferme les yeux, le monde disparaît; si je lis un texte, c'est qu'il parle de moi.

Ajouter un commentaire