Vous êtes ici

Dieu...

... comment tu fais pour exister ?

Dieu est-il à l'intérieur de l'univers, ou à l'extérieur ?

S'il est à l'intérieur, alors où était-il avant la création de l'univers ?

S'il est à l'extérieur, d'autres questions se posent :

  • Quels sont les limites de l'univers qui définissent cet "extérieur" ?
  • L'univers n'est-il pas censé tout contenir, par définition ? Comment peut-on lui imaginer un "extérieur" ?
  • En supposant que cet "extérieur" existe, quelles sont ses dimensions ? Est-il limité ? Quand a-t-il été créé ? Par qui ? Où était Dieu avant que cet extérieur soit créé ?

Mais au fond, pourquoi croire en Dieu ?

Pour pallier aux limites de notre compréhension du monde ?

On ne comprend pas l'univers, alors on l'explique comme acte de création d'un Dieu. Mais comment explique-t-on la présence de ce Dieu ? On ne l'explique pas. Autrement dit, pour expliquer un phénomène qui semble inexplicable, on introduit une cause qui est tout autant inexplicable. L'inexplicable demeure, simplement transféré vers un nouveau phénomène (Dieu), qui en plus d'être inexplicable, est inobservable, indémontrable, omniscient, omnipotent, etc ! Autrement dit, on a ajouté un degré de complexité à l'univers, sans pour autant résoudre quoi que ce soit.

Du point de vue de la connaissance, le remède semble pire que le mal. Quitte à admettre notre ignorance et nos limites, autant le faire humblement : c'est à dire sans prétendre connaître un être supérieur qui aurait créé tout ça rien que pour nous !

Il est évident que l'explication "Dieu" répond plus à un besoin émotionnel que rationnel.

C'est peut-être de la psychologie à deux balles, mais ça me semble tenir la route : quand on est tout petit, on n'éprouve pas forcément le besoin de croire en Dieu (me semble-t-il), tout simplement parce que nous avons nos parents. Et c'est largement suffisant. Pour nos yeux d'enfants, ils ont toujours existé, ils sont immortels, ils sont tout puissants, ils nous ont créé, ils savent tout et ils dominent notre vie. Autrement dit : ils sont comme Dieu. Et même, ils sont mieux que Dieu, parce qu'ils existent pour de vrai, on peut les voir et les toucher. Leur présence nous rassure. Ils nous nourrissent, ils nous apprennent à marcher, ils nous rattrappent si on tombe du nid, ils nous protègent des monstres cachés dans le noir.

Seulement en grandissant, on s'aperçoit que notre appréciation des faits comportait quelques inexactitudes. Nos parents ne sont pas immortels, éternels, omniscients ou omnipotents. Pire : rapidement, ils ne dominent plus notre vie. On devient grand et autonome, on doit se prendre en main, et c'est pas toujours évident. Qui va nous guider désormais ? Qui va nous sauver si on fait une erreur ?

A ce stade, il me semble qu'il y a deux voies : soit on devient nos propres parents (que ce soient nos véritables parents, ou des parents symboliques qu'on s'est choisi comme modèles, ou encore un mélange des deux), on les intériorise et on les "rend éternels" à l'intérieur de nous-mêmes. C'est en quelque sorte la voie philosophique. On peut alors continuer à vivre en étant réellement indépendant et autonome. Bien sûr, c'est un idéal. Il y aura toujours une part de doute.

L'autre voie consiste à chercher ses parents (des parents de substitution) à l'extérieur de soi-même. Il n'est pas nécessaire d'attendre la mort de ses parents biologiques pour ressentir le besoin de trouver une autorité qui ait l'air plus puissante, plus monolithique, indestructible et éternelle. Ca peut être un leader politique, le gourou d'une secte, ou autre chose. Ca peut être Dieu. Dieu est l'incarnation ultime de nos parents fantasmés. On ne peut pas aller au-delà.

Et si Dieu était l'univers ? Les deux confondus, suffisants, sans extérieur ? Si nous étions déjà tous en Dieu et s'il n'y avait rien en dehors de lui ? Ne serait-ce pas un peu plus simple ?

Oui mais si "Dieu" et "l'univers" ne font qu'un, pourquoi utiliser deux termes différents ? L'univers suffit amplement.

Non ?

Ajouter un commentaire